Premier bus sanitaire opérationnel à Berlin

Allemagne – Parmi les arguments anti-migrants propagés par le parti d’extrême droite AfD, la mise en danger de la santé des Allemands du fait de maladies susceptibles d’être propagées par les réfugiés, ne fut pas l’un des moindres. Pour couper court à cette malsaine campagne de dénigrement, le Sénat a réagi immédiatement et réuni les forces vives de la capitale pour mettre sur pied une politique sanitaire adaptée. En faisant appel à la Bundesbahn, à l’opérateur de télécommunication Cisco et à l’un des plus grands cabinets de traduction spécialisé dans les langues arabes et orientales, les pouvoirs publics ont pu concevoir et  faire fabriquer un bus sanitaire intégrant un espace réception à côté du chauffeur, un pour les auscultations ainsi qu’ un mini-laboratoire adapté pour les prises de sang, les vaccinations et les petits actes chirurgicaux. Le véhicule circule dans les rues de Berlin et supprime ainsi toutes les barrières qui entravaient l’intégration des nouveaux arrivants. Tous ont certes été vaccinés lors de leur entrée sur le territoire et ce, sans aucune réticence, car tous étaient conscients de l’importance de la prévention.  Selon Mario Cazja, sénateur en charge de la santé et des affaires sociales, « il est indispensable que s’opère un suivi médical, d’autant que la ville s’est ouverte à plus de 20.000 enfants . » La plupart d’entre eux ont été vaccinés dans les écoles et les centres hospitaliers mais le « medibus » va permettre de généraliser l’opération à toute la population de migrants.

750 interprètes mobilisés dans 50 langues

Pour garantir un diagnostic de qualité et éviter des erreurs médicales, le « medibus » a été équipé d’un système de vidéoconférence auquel sont connectés à distance 750 interprètes implantés en Allemagne et en Autriche, dont 650 travaillent en permanence et 100 en trois-huit. Cette « brigade de soins volante » est en mesure de soigner  de 30 à 40 personnes par jour, lesquelles peuvent communiquer dans l’une des cinquante langues intégrées au réseau.  Tout a été pensé et réfléchi pour que les patients ne se sentent pas humiliés. Ainsi, dès qu’un soin nécessite le déshabillage de tout ou partie du corps, la vidéo est automatiquement arrêtée. Si les jeunes arrivants maîtrisent rapidement les bases de l’allemand, en revanche il en va tout autrement des autres générations, d’où l’importance du nombre de langues  qui tient compte de la diversité des dialectes. Le « medibus » va être opérationnel jusqu’à la fin de l’année mais tout laisse à penser que le test va se généraliser et ce, pour deux raisons : premièrement, les réfugiés vont être amenés à quitter peu à peu le milieu urbain pour se répartir sur l’ensemble du territoire, deuxièmement parce que les « medibus »   pourraient  répondre aux besoins des territoires ruraux qui manquent de plus en plus de médecins généralistes. Ce serait ainsi le premier bénéfice dont tireront les autochtones de leur générosité. Un moyen efficace et intelligent de contrecarrer la propagande extrémiste. kb (Traduction : vjp)    

error: Content is protected !!