Merkel face au casse-tête des compromis

L’agilité de la Chancelière à l’épreuve

Allemagne – La gifle qu’a reçue le parti social-démocrate (SPD) aux dernières élections au Bundestag lui a interdit d’envisager la reconduction d’une coalition avec l’Union Démocrate Chrétienne. Parce que le SPD a cumulé les erreurs en choisissant notamment un candidat qui, inconnu de la plupart des électeurs, non seulement n’avait pas sa place dans la course à la chancellerie, mais est parti trop tôt dans la bataille, c’est-à-dire avant que son parti ne subisse trois échecs lors d’élections régionales ayant eu lieu avant le scrutin national. Pas de quoi donner le moral à des militants déjà confrontés aux critiques adressées au gouvernement de coalition en place. Martin Schulz, plutôt que de travailler sur un programme novateur, s’est contenté de ressusciter les vieux discours sur la lutte des classes et les inégalités sociales. A l’instar du Parti Socialiste français, le SPD n’avait d’autre choix que d’entrer dans l’opposition. Cette nouvelle donne n’est pas un cadeau fait à la Chancelière Merkel qui doit aujourd’hui redoubler d’habileté pour former une équipe ministérielle, qui n’intègrera non pas deux ou au maximum trois, mais quatre formations politiques. Lorsque son homologue autrichien, Sebastian Kurz a gagné haut la main les élections, Angela Merkel l’a félicité mais s’est empressée de déclarer que la République des Alpes n’était pas à ses yeux « un modèle », car pour rien au monde elle n’accepterait de travailler avec un mouvement populiste, comme s’apprête à le faire le plus jeune dirigeant européen en fonction à Vienne.

Lire la suiteMerkel face au casse-tête des compromis

Le tout électrique relance le débat sur les inégalités

Un des 29 modèles de la série i3 de BMW

Allemagne/UE – Se dirige-t-on vers un monde qui va faire que les couches les plus défavorisées vont être mis à contribution pour que les plus aisés puissent avoir bonne conscience en vivant et travaillant « propre » ? C’est la question qui est soulevée aujourd’hui par un article publié sur le site des DWN (Deutsche WirtschaftsNachrichten) et qui prouve que le combat pour un monde moins pollué est loin d’être gagné. Dans le viseur d’une rédaction très avisée : les voitures électriques qui seraient, comme le prétendent les politiques et les constructeurs automobiles, la solution à tous les problèmes d’environnement. Or, il s’avère déjà que les contraintes liées à une telle métamorphose de la mobilité, sont telles qu’il faudrait être vraiment naïf pour y croire. Pour qu’un produit de consommation courante puisse se populariser en agissant efficacement pour protéger la nature, il doit répondre à deux contraintes : être accessible à tous et être doté d’une logistique adaptée aux besoins. Force est de constater que ces deux conditions ne sont pas à l’ordre du jour et que les milliards d’euros déjà investis par les industriels et les centres de recherche ne servent qu’à flatter l’égo de consommateurs de pays très riches ou de quelques inventeurs et start-upers croyant pouvoir façonner le monde à leur image.

Lire la suiteLe tout électrique relance le débat sur les inégalités

Plans sociaux en cascade dans les banques européennes

Bettina Orlopp : tout sauf harcelée dans un monde de machos

Allemagne/Scandinavie/UE – L’époque où on conseillait aux jeunes plus ou moins diplômés de s’orienter vers le secteur bancaire pour s’assurer d’un avenir paisible sans risque d’être licencié, semble de plus en plus révolue. C’est l’Hypovereinsbank (HVB) allemande, filiale du groupe italien Unicredit qui a donné le ton au début de l’année 2014, lorsqu’elle a décidé de mettre fin aux activités de la moitié de ses 584 filiales. Le président de l’HVB, Theodor Weimer, peu enclin à s’apitoyer sur le sort des 1.600 employés passés à la trappe, s’enorgueillit alors d’être « le premier banquier à prendre les mesures nécessaires à la modernisation du secteur ». Il ajouta, par ailleurs, que cette stratégie était la conséquence des nouvelles habitudes de la clientèle qui n’aurait plus besoin d’aller à la banque pour se faire conseiller.

Lire la suitePlans sociaux en cascade dans les banques européennes

Travailleurs détachés : premier nuage de Macron dans le ciel social européen

Emmanuel Macron face au dumping social et aux inévitables migrations économiques

France/Allemagne/UE – Emmanuel Macron avait fait lors de sa campagne la lutte contre le dumping social un de ses chevaux de bataille. Comme il a fait sienne la volonté d’assumer les promesses, il s’est donc attelé sans attendre le temps nécessaire au problème. Est-ce pour autant une preuve de courage ? Vu de l’étranger, à priori non. Récemment, le hasard a fait que lors d’une pause café sur la terrasse d’un café stéphanois, neuf ouvriers d’un chantier voisin se soient accordés le même plaisir. Trois autres attendaient à l’écart sur un banc public. Curieux de nature et du fait de l’actualité politique et sociale , nous leur avons demandé de quel pays, ils étaient originaires. Aucun ne s’est inquiété de notre curiosité car tous travaillaient en bonne et due forme. S’ils avaient été des travailleurs clandestins, ils ne se seraient pas autorisés ce moment de liberté. Deux et trois possédaient respectivement la double nationalité franco-algérienne et franco-turque , deux venaient d’Albanie et les deux plus jeunes d’Ukraine et de Géorgie. Quant aux trois autres, ils n’avaient pas pu se joindre au groupe, car cette rencontre insolite et, pour un journaliste, fort enrichissante, ayant eu lieu au moment du ramadan, la serveuse d’origine martiniquaise s’était refusée à ce qu’ils s’assoient à leur table sans consommer.

Lire la suiteTravailleurs détachés : premier nuage de Macron dans le ciel social européen

Merkel : salade « fous-y-tout » et sauce à la Obama

Angela Merkel, toujours droite dans ses bottes !

Allemagne/France/UE/Monde – Après douze années passées au sommet de l’Etat, jamais Angela Merkel n’a pu dévoiler au grand jour ses capacités de manipulation comme elle le fait à l’heure actuelle. Tous les condiments sont sur la table et se reconvertirait-elle dans la gastronomie que personne ne serait surpris, qu’elle nous préparât un plat chaud à la «Merkeloise » intégrant des saveurs de bœuf bourguignon, de goulasch hongrois, de spätzle suisses le tout parfumé par des harengs scandinaves. Il faut reconnaître que son actualité nationale lui tend la casserole propice à mijoter ce mets « fous-y-tout », car pour la première depuis son accession au pouvoir, elle va devoir composer un gouvernement non pas avec deux mais trois formations, dont les positions sur certains dossiers sont aussi proches que pourraient l’être en France celles de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen.

Lire la suiteMerkel : salade « fous-y-tout » et sauce à la Obama

N’oublions pas, cette fois, la République Tchèque !

République Tchèque / France – A la fin des années 60, lorsque les Français préparaient, de manière insidieuse, la chute de celui qui leur avait pu leur redonner honneur et fierté, les Allemands observaient l’ascension d’un homme, maire d’une capitale qui n’en était plus vraiment une car son passé récent fit qu’elle fut coupée en deux. Cette homme, Willy Brandt, n’était pas un social-démocrate comme les autres car il aspirait à ce qui semblait alors inimaginable à l’époque, en l’occurrence une tentative de dialogue avec le bloc soviétique. Malgré la difficulté de ce défi, il fut élu Chancelier puis obtint le Prix Nobel de la Paix. Se replonger dans la archives de la presse de l’époque, c’est constater ou plus exactement déplorer, le fossé qui sépare les deux pays, lorsqu’il est question de commenter l’actualité internationale.

Lire la suiteN’oublions pas, cette fois, la République Tchèque !

La faillite possible du groupe croate Agrokor : une aubaine pour Poutine !

Croatie/Russie/UE – Qu’on se le dise, la Croatie va bientôt refaire parler d’elle, non pas à cause de le résurgence de conflits ethniques qui l’ont ravagée pendant plus de dix ans, mais d’une faillite plus ou moins programmée qui risque de mettre en péril tous les pays des Balkans. On le croyait pourtant sauvé ce petit pays d’à peine 4,2 millions d’habitants. En 2003, déjà, ses dirigeants rêvaient de l’intégrer dans la grande famille européenne. Ils déposèrent leur candidature à Bruxelles, un document de plusieurs centaines de pages que les technocrates avaient promis d’étudier à la loupe. Ce qu’ils ont fait pendant deux ans. Il faut reconnaître que leur tâche n’était pas aisée car il leur a fallu tenir compte des appréhensions, des recommandations voire des pressions de nombreux membres de l’Union, peu enclins à voir se joindre à eux des personnages dont beaucoup ne brillaient pas pour leur capacité à être intègres ou respectueux des droits de l’homme.

Lire la suiteLa faillite possible du groupe croate Agrokor : une aubaine pour Poutine !

Là, où la musique est universelle

Allemagne – A Essen, s’ouvre aujourd’hui la septième édition du festival NOW !, manifestation qui, en moins d’une décennie, est parvenue à s’imposer comme un rendez-vous incontournable pour tous les artistes, musiciens et mélomanes qui aiment sortir des sentiers battus et découvrir des expériences osées car novatrices voire révolutionnaires. Ce qui est toujours fascinant avec les Allemands mais aussi de plus en plus avec toutes les populations d’Europe Centrale, c’est leur capacité à organiser des événements d’une telle ampleur, que la logique voudrait qu’ils eussent lieu dans leurs capitales. En France, seuls les festivals d’art lyrique, un festival de théâtre (Avignon), un de cinéma (Cannes) et un de danse (Lyon) échappent à cette règle et la quasi-totalité des événements demeure l’apanage de Paris. Rien de tel, en Allemagne, où la plupart des villes de plus de 500.000 habitants parviennent à créer l’actualité culturelle internationale en faisant se réunir en quelques jours des artistes à la fois expérimentés et respectueux de leurs maîtres ou mentors, deux qualités qu’ils estiment indispensables à la découverte des musiques du futur.

Lire la suiteLà, où la musique est universelle

Cohésion territoriale en Europe : un 7è rapport des plus cyniques !

D. Binding,  du DIHK à Brüxelles

Allemagne/UE – Cet article n’aurait aucun intérêt, pourrait être même anecdotique s’il n’était aussi ouvertement cynique. Régulièrement la Commission de Bruxelles publie son rapport sur la cohésion territoriale en Europe qui constate sur le papier ce que chaque citoyen européen voyageant d’est en ouest voit de ses propres yeux : des femmes roumaines allant puiser de l’eau dans les fontaines publiques de Bucarest, des femmes très élégantes et occidentales flânant, avenue Montaigne à Paris, pour y lécher les vitrines avant d’assouvir leurs caprices.

Lire la suiteCohésion territoriale en Europe : un 7è rapport des plus cyniques !

Macron détrôné par un « petit » jeune autrichien

Sebastian Kurz, 31 ans, plus jeune Chancelier autrichien et tête d’exécutif européen

Autriche/France/UE – En portant leur voix sur le Parti Populaire, les Autrichiens ont ouvert la porte de la Chancellerie à un homme de 31 ans, qui à peine six mois après les élections présidentielles, détrône Emmanuel Macron d’un titre médiatiquement porteur qui est celui du « plus jeune dirigeant d’un pays de l’Union Européenne ». La comparaison s’arrête là, car les deux jeunes hommes, abstraction faite de leurs âges et de leurs ambitions politiques, n’ont en réalité rien d’autre en commun, si ce n’est la chance d’avoir vu s’ouvrir devant eux un boulevard tracé par de vieux professionnels de la politique cloisonnés par leurs habitudes, leurs privilèges et leur aveuglement à l’égard des problèmes de société . Alors que Macron, ouvertement pro-européen a mené une campagne plutôt agressive à l’égard d’une rivale eurosceptique, Kurz a su se maîtriser et s’est gardé de toute invective qui risquait de se retourner contre lui.

Lire la suiteMacron détrôné par un « petit » jeune autrichien

error: Content is protected !!