La fusion RHI – Magnesita en dit long sur le post-Brexit !

Autriche/Brésil – La nouvelle a été annoncée, hier en pleine nuit, et ce matin les Autrichiens ont été surpris d’apprendre que l’un de leurs plus grands groupes industriels, RHI, le spécialiste mondial de la fabrication de produits ininflammables, allait fusionner avec son homologue brésilien Magnesita. Les deux entités génèrent respectivement 1,8 et 0,9 milliards d’euros de chiffres d’affaires, soit au total 2,7 milliards qui devraient dégager une marge de quelque 330 millions d’euros. Les actions du groupe vont être notées à Londres, mais le siège de la holding sera implanté aux Pays-Bas.  La direction opérationnelle demeurera en Autriche où, selon  le président par intérim de RHI, Wolfgang Ruttenstorfer, les impôts continueront à être acquittés. Pourquoi les acteurs de la fusion ont-ils choisi la Hollande plutôt que la France ou l’Allemagne ? La directrice du département finances, Barbara Potisk-Eibensteiner, en explique la raison en déclarant que « les avantages fiscaux n’y sont pas forcément très avantageux mais que l’environnement économique y est plus favorable. »  Par ailleurs, elle met l’accent sur le fait que le Brexit ne remettra en cause les relations qu’entretiennent les Bourses de Londres et d’Amsterdam. La fusion va s’opérer en deux étapes,  la première consistant à l’acquisition par RHI de 46% du capital de la société brésilienne moyennant 118 millions d’euros, la deuxième portera sur l’achat de 4,6 millions d’actions de la nouvelle structure. Le montant total des transactions s’élèvera, selon M.Ruttenstorfer, à 450 millions d’euros .  Spécialiste mondialement reconnu des matériaux réfractaires, RHI a un très fort potentiel de développement, du fait notamment des nouvelles réglementations internationales en matière d’isolement et de prévention des incendies. Géographiquement, la société se situe à proximité des pays d’Europe Centrale et Orientale, où d’énormes investissements sont encore à réaliser dans l’immobilier, neuf et ancien . Il en est de même en Amérique Latine et dans tous les territoires émergents. Le groupe est également réputé pour son centre de recherches TCL (Technology Center Leoben), situé en plein cœur de la Styrie à 220 kilomètres au sud-ouest de Vienne.  Fondé en 1959, 160 chercheurs, qui ont déposé près de 1.500 brevets, y travaillent.  Le groupe qui emploie 7.900 personnes, va pouvoir pratiquement doubler sa main d’œuvre (Magnesita  en comptant 6.900) et par là-même ses capacités de productions. gs (Synthèse et traduction : vjp)

error: Content is protected !!